Intelligence Artificielle Règlement

Juridique

Règlement Européen sur l'Intelligence Artificielle - La régulation de l’Intelligence Artificielle au cœur de la compétitivité des entreprises

Publié il y a 1 mois
L’Artificial Intelligence Act est un projet de règlement de la Commission européenne établissant un cadre juridique harmonisé concernant l’Intelligence Artificielle. Celui-ci a pour principal objectif de réguler l’intelligence artificielle d’un point de vue éthique et juridique. L’enjeu sera de préserver la compétitivité des entreprises et de déployer intelligemment ces nouvelles technologies. L’Union Européenne est pionnière en la matière
Règlement

Juridique

Règlement Européen sur l'Intelligence Artificielle - La régulation de l’Intelligence Artificielle au cœur de la compétitivité des entreprises

Publié il y a 1 mois

Les points principaux

Définition et usages de l'IA Besoin d'encadrement Approche par le risque
L’Artificial Intelligence Act est un projet de règlement de la Commission européenne établissant un cadre juridique harmonisé concernant l’Intelligence Artificielle. Celui-ci a pour principal objectif de réguler l’intelligence artificielle d’un point de vue éthique et juridique. L’enjeu sera de préserver la compétitivité des entreprises et de déployer intelligemment ces nouvelles technologies. L’Union Européenne est pionnière en la matière

Artificial Intelligence Act

La régulation de l’Intelligence Artificielle au cœur de la compétitivité des entreprises

L’Artificial Intelligence Act est un projet de règlement de la Commission européenne établissant un cadre juridique harmonisé concernant l’Intelligence Artificielle. Celui-ci a pour principal objectif de réguler l’intelligence artificielle d’un point de vue éthique et juridique. L’enjeu sera de préserver la compétitivité des entreprises et de déployer intelligemment ces nouvelles technologies. L’Union Européenne est pionnière en la matière.

Stratégie et compétitivité

Les acteurs majeurs sur le marché ont déjà investi sur le marché de l’Intelligence Artificielle. La Chine ou encore les Etats-Unis veulent imposer leur cadence. L’Union Européenne souhaite rester dans la course à l’innovation et au déploiement de toute forme d’Intelligence Artificielle. Afin de rester compétitif et de réguler les enjeux inhérents à ce sujet, l’Union Européenne propose une réglementation avec son propre rythme et ses règles.

La technologie vectrice de progrès mais aussi source de danger ?

L’Intelligence Artificielle ou I.A est un ensemble de techniques qui fait appel à des systèmes ou des machines qui effectuent des tâches relevant habituellement de l’intelligence humaine. On peut répertorier 4 types d’IA : la réactivité, la mémoire limitée, la théorie de l’esprit, et l’auto-conscience. Et les Systèmes d’IA intégrant certaines de ces capacités peuvent être classés en 3 catégories : systèmes auto-apprenant (« machine learning », dont le niveau d’apprentissage varie), systèmes logiques (ou « systèmes experts », suivent une logique prédéfinie), systèmes statistiques (méthodes de recherche et optimisation). L’IA, à l’image de l’intelligence humaine, fonctionne grâce à l’interconnexion d’un réseau de neurones, et l’étendue de ses capacités et son degré d’autonomie n’ont de cesse d’augmenter. Parallèlement, les entreprises intègrent de plus en plus l’IA dans leurs produits, services ou process, parfois dans des domaines très risqués pour les usagers/clients. Avec une technologie aussi évolutive et désormais encrée dans les usages quotidiens, comment réguler et sauvegarder les droits fondamentaux et la sécurité des personnes ? Quelle place pour l’humain face à l’innovation ? Comment permettre le développement d’une technologie, en matière de législation européenne, afin d’allier progrès mais aussi protection des données, confiance, contrôle et investissement.

Une proposition de réglementation

Une proposition de réglementation a été élaborée par la Commission européenne, après plusieurs années de travail. Elle établit des règles en matière d’Intelligence Artificielle afin de concilier à la fois la protection des individus, l’innovation et la sécurité juridique. Cette proposition s’intègre plus globalement dans une communication en faveur d’une approche européenne de l’intelligence artificielle (COM(2021) 205 final) avec un nouveau plan de coordination (révision du plan de 2018) et également une proposition de règlement afin de réformer la directive sur les machines (COM(2021) 202final). Ce projet concerne tout opérateur économique d’un système d’IA, c’est à dire tout logiciel développé avec un système auto-apprenant, logique ou statistique, en capacité de suivre des instructions humaines et de générer des résultats de sortie. Cela peut être du simple contenu mais également des prédictions, des recommandations, ou des décisions influençant les environnements matériels ou immatériels avec lequel le système interagit.

Défiance et innovation

L’Intelligence Artificielle est bel et bien présente dans notre quotidien et ce depuis de nombreuses années. Pour autant, nous avons du mal à déterminer son champ d’action et comprenons assez peu la multiplicité de ses potentialités. Nous la trouvons innovante et elle nous attire tout autant qu’elle nous fait peur en nous rappelant des images de films de science fiction peu réconfortantes. Rassurons-nous, elle est encadrée par le droit, mais il est difficile pour tout un chacun de la comprendre et de lui faire confiance. Elle interroge sur nos droits fondamentaux et la protection de nos données personnelles, en effet ses résultats peuvent être biaisés, discriminatoires, empreints de préjugés, non-équitables, émettant parfois des décisions subjectives de façon autonome. L’exemple des caméras dites « intelligentes » (caméras à reconnaissance faciale ou encore caméras thermiques utilisées pour la sécurité civile et sanitaire) essuie de nombreuses peurs, incompréhensions et critiques.

L’instauration d’un cadre juridique

Ces nouvelles perspectives technologiques et scientifiques, mises au point par l’homme, nécessite un cadre législative et réglementaire que l’Union Européenne souhaite proposer dans son nouveau projet de réglementation. Elle espère distinguer les IA « inoffensives » versus celles qui pourraient potentiellement représenter un danger pour les droits et les libertés individuelles et collectives.

Le règlement IA s’applique aux fournisseurs d’un système d’IA établis au sein de l’U.E, aux utilisateurs de ce même système, mais également aux fournisseurs et utilisateurs d’un système IA établis dans un pays tiers lorsque les données produites par l’IA sont utilisées au sein de l’U.E. Le règlement explique que certains systèmes d’IA non commercialisés devraient bénéficier de ce cadre juridique. Il peut tout à fait se nourrir de données personnelles provenant de personnes physiques situées sur le territoire d’un état membre et impacte en définitive leur vie privée, qu’il ait été ou non commercialisé. Le texte pose des exceptions et ne s’appliquera pas aux dépends d’une convention internationale conclue avec un état tiers ou une organisation internationale. Il ne s’appliquera pas non plus aux systèmes d’IA développés ou utilisés exclusivement à des fins militaires.

Une approche par les risques

En se concentrant sur les risques potentiels de l’utilisation de l’I.A, la Commission européenne souhaite cadrer selon le niveau de dangerosité vis-à-vis des utilisateurs. La mise en œuvre devrait suivre dans un deuxième temps afin d’effectuer des contrôles dans chaque état. Les textes soulignent l’importance pour les entreprises de procéder à des phases de tests, de développement et de mise en conformité des innovations utilisant l’IA. Il est important de sensibiliser quant à la réglementation applicable et de bénéficier d’une communication avec des orientations personnalisées. Les start-up et les PME sont appelées à être moteur de cette réglementation sous l’encadrement d’autorités nationales compétentes.

Le parlement et les représentants des états membres doivent adopter les propositions de la Commission par une procédure législative ordinaire. Puis, ce règlement sera publié au Journal Officiel de l’Union Européenne (JOUE) et entrera en vigueur le 20ème jour après sa publication. Des autorités de contrôle nationales compétentes seront alors désignées dans les 3 mois suivant son entrée en vigueur et des sanctions financières devront être déterminées par les états membres dans les 12 mois. Le règlement sera mis en application 24 mois après son entrée en vigueur (probablement pas avant 2023).

L’approche par les risques est classée selon : les risques inacceptables (menace évidente pour la sécurité et les droits des personnes), les risques élevés (technologie d’IA utilisés dans les infrastructures critiques comme les transports pouvant mettre en danger la vie et santé des personnes, dans le domaine de l’éducation et de la formation professionnelle, dans les composants de sécurité des produits, dans le domaine de l’emploi, de la gestion de la main d’œuvre, des services privés et publics essentiels, le maintien de l’ordre, la migration, l’asile et le contrôle aux frontières). Les systèmes d’IA à haut risque devront être conformes à des obligations strictes pour pouvoir être mis sur le marché. En particulier, les systèmes d’identification biométrique à distance. Concernant les risques limités, il s’agit des systèmes d’IA avec des obligations en matière de transparence. Enfin, pour les risques minimes, la proposition législative autorise l’utilisation libre d’applications telles que les jeux vidéo, les filtres anti-spam reposant sur l’IA. La grande majorité des systèmes d’IA relèvent de cette catégorie.

La Commission européenne propose que les autorités nationales compétentes de surveillance du marché veillent au respect de ces nouvelles règles. Sa mise en œuvre sera facilitée par la création d’un comité européen de l’intelligence artificielle chargé de stimuler l’élaboration des normes pour l’IA.

Plus de publications

Nous utilisons
des cookies.

Il s'agit de petits fichiers déposés sur votre machine pour un temps défini (et pas plus). Certains sont techniquement nécessaires, les autres sont utiles au bon fonctionnement de notre site ("statistiques").

En savoir plus

Ce site web,
comme la plupart,
utilise des cookies.

Vous pouvez les accepter ou vous y opposer, à vous de voir. Mais laissez-nous vous expliquer le pourquoi du comment, afin d'éclairer votre choix :

Sur internet, la collecte et le traitement des données sont omniprésents, et peuvent résulter d'une simple navigation sur un site web.....grâce à ces petites choses que l'on appelle les "Cookies". Il s'agit de petits fichiers déposés sur votre machine pour un temps défini (et pas plus), permettant de conserver des données relatives à votre navigation.
Comme notre site n'échappe pas à la règle, nous utilisons des Cookies.
Certains sont techniquements nécessaires. D'autres sont des outils pour analyser notre trafic (en prenant soin de ne pas vous identifier), utiles au bon fonctionnement de notre site et à sa sécurité. Vous pouvez accepter ou vous opposer à leur dépôt.

Les cookies nécessaires

Les cookies nécessaires contribuent à rendre un site Web utilisable en activant des fonctions de base comme la navigation de page et l'accès aux zones sécurisées du site Web. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. C'est la raison pour laquelle votre consentement n'est pas requis.

Nom Fournisseur Expiration Type
dna_consent DNA 13 mois HTML
Stocke l'autorisation d'utilisation de cookies pour le domaine actuel par l'utilisateur.
dna_type DNA 10 minutes HTML
Ce cookie est utilisé pour distinguer les humains des robots.
dna_contact DNA 10 minutes JSON
Ce cookie est utilisé pour préremplir le formulaire de la page contact en fonction des actions de l'utilisateur.
SERVERID OVH Session HTML
Un cookie technique utilisé par notre hébergeur pour faire de la répartition de charge serveur.

Les cookies comme outils pour nos statistiques

Ces traceurs de mesure d'audience ont pour seul but l'élaboration de statistiques de fréquentation et de performance dans un souci de bon fonctionnement et d'amélioration de notre Site. Nous sommes les seuls à les utiliser, ils ne nous permettent pas un suivi global de votre navigation, et les statistiques émises sont strictement anonymes (réalisées par le biais de Matomo). Votre consentement n'est pas requis, mais vous pouvez vous opposer à leur utilisation en décochant la case correspondante. Cette opposition n'aura aucune incidence technique sur votre navigation.

Nom Fournisseur Expiration Type
_pk.id DNA - MATOMO 13 mois html
Utilisé pour stocker quelques détails à propos de l'utilisateur tel que son identifiant unique.
_pk.ses DNA - MATOMO 30 minutes HTML
Cookie à courte vie utilisé pour stocker temporaire des données sur la visite.
mtm_cookie_consent DNA - MATOMO 12 mois HTML
Est créé pour se souvenir du consementement de l'utilisateur pour stocker et utiliser des cookies statistiques.